Recherche avancée

Fusion des régions : quel avenir pour les plateformes de dématérialisation et les centrales d’achat ?

Présentation des marchés
Publié le 7 janvier 2016
Prospective

Le 1er janvier 2016, la fusion des régions sera officiellement effective. Lors des dernières élections régionales des 6 et 13 décembre, la France métropolitaine a vu le nombre de ses régions passer de 22 à 13, conformément à la loi du 16 janvier 2015. Un changement qui ne sera pas sans conséquences pour les plateformes de dématérialisation des marchés publics existantes.

En effet, dans les mois à venir, les pouvoirs publics devront se poser la question d’éventuelles fusions de ces plateformes issues pour certaines des anciennes régions. C’est le cas par exemple du groupement d’intérêt général e-bourgogne. Cette plateforme de dématérialisation fait partie des pionnières et là encore, la région Bourgogne a anticipé les derniers changements administratifs. Au 1er janvier 2016, la Bourgogne fusionnera avec la région Franche-Comté et la plateforme devrait suivre pour proposer ses services à l’ensemble des départements de la nouvelle grande région.

Les centrales d’achats sont également concernées par la réflexion sur la fusion des régions. Doivent-elles se mutualiser pour coller aux contours des nouvelles régions ? Des centrales d’achats départementales comme Approlys ou régionales comme Centr'Achats en région Centre devront mener la réflexion en 2016. Pour certaines, la fusion peut s’avérer source d’opportunités en matière de marchés publics. Un groupe de travail de l’Association des régions de France a déjà été chargé de se pencher sur la question. Car à l’heure où les dotations de l’État continuent à fondre, la mutualisation des achats est aussi une source importante d’économie.

  • Rechercher dans cet article