Recherche avancée

Comment renouveler les réseaux d'eau dans les temps ?

Présentation des marchés
Publié le 5 février 2016
Prospective

Placer face à face les besoins et les moyens en matière de renouvellement des réseaux d’eau et d’assainissement souligne l’incapacité financière des personnes publiques à assumer leur rôle… et donc à acheter des prestations de travaux. Le gouvernement a rappelé cette semaine sa volonté d’aider financièrement, via la Caisse des dépôts et consignations, les pouvoirs adjudicateurs pour mener cette mission.

Le député Laurent Furst soulignait que l’« on estime la longueur des réseaux d’eau et d’assainissement à quelque 900 000 kilomètres. En moyenne, les réseaux sont renouvelés à hauteur de 0,61 % par an pour les services d’eau et 0,71 % pour les services d’assainissement collectif. Cela signifie que, quoi qu’il en soit, il faudrait largement plus d’un siècle pour renouveler la totalité de nos conduites ». Les raisons de ce sous-investissement sont connues : les réseaux sont immenses, les ressources manquent et les règles à respecter sont lourdes.

Le Gouvernement a réaffirmé son engagement à améliorer la situation. Juridiquement, les règles n’ont pas été allégées mais sont devenues plus strictes. Un diagnostic détaillé des réseaux d’eau potable et d’assainissement a dû être mené par les collectivités compétentes : si le rendement est inférieur à 85 %, un programme pluriannuel de travaux doit être arrêté. Ne pas s’y conformer « est sanctionné par le doublement de la redevance levée par les agences de l’eau pour les prélèvements d’eau potable » souligne la secrétaire d’État Pascale Boistard.

Financièrement, l’aide apportée comprend deux volets, divulgués en juillet par la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal. « D’une part, près de 100 millions d’euros seront consacrés par les agences de l’eau, entre 2015 et 2018, à la lutte contre les fuites dans les réseaux d’eau potable dont, pour certaines d’entre elles, près de 50 millions sous la forme d’appels à projets. D’autre part, les travaux de renouvellement des réseaux sont désormais éligibles aux prêts de l’enveloppe "croissance verte" de la Caisse des dépôts, d’un montant de 5 milliards d’euros » rappelle ainsi le Gouvernement.

Pour renouveler les réseaux tous les 50 ans comme pour respecter les obligations à court terme, l’augmentation de certaines taxes pourrait aussi être nécessaire…

Source :

  • Rechercher dans cet article